Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 mars 2015

Velázquez

C'était l'exposition la plus attendue de l'année. Tout le petit monde de l'histoire de l'art s'impatientait à l'annonce de l'événement. Il faut dire... Velázquez ! Le peintre des peintres. À Paris. Connaissant la difficulté de faire venir du Prado les tableaux du maître espagnol, on était par ailleurs très curieux de découvrir le résultat, de voir ce que le commissaire de l'exposition, Guillaume Kientz, avait réussi à rassembler. Mais également de voir par quel côté il allait aborder la question, quel parcours allait-il proposer.

l'infante marguerite therese.jpg

Disons-le tout de suite : l'exposition est une magnifique réussite, surtout en tenant compte des contraintes. Difficile en effet de présenter l’œuvre d'un artiste dont les plus grands et fascinants et obsédants chefs d’œuvre sont absents. Les Lances, les Fileuses, les Ménines sont restées chez elles.

Mais il y a la Vénus. Et Innocent X. Et Apollon chez Vulcain. Il y a donc tout de même bien de quoi se nourrir et s'enivrer.

Innocent X détail.jpg

Faisant de cette contrainte une force, l'exposition présente l’œuvre de Velázquez dans le contexte artistique de son temps. On assiste aux débuts du peintre, l'affirmation progressive de son pinceau, passant de contours un peu raides par moment dans sa prime jeunesse, à la soudaine souplesse, cette impression d'un pinceau vague mais toujours juste.

Un autre aspect passionnant de cette exposition est l'exercice continuel d'attribution qu'elle propose à l’œil du visiteur. Sur une cimaise, quatre ou cinq portraits. L'un d'eux est de Velázquez. Ou deux. Et un troisième serait attribué. Ou pas. Magnifique exercice, généreuse proposition, belle humilité !

Il y aurait beaucoup à dire aussi sur l'intelligence des choix d'accrochage et les surprises du parcours. La presse s'est fait écho de l'événement avec quelques beaux articles dont celui dans Libération, assez inspiré il faut bien le dire.

carlos-balthasar.jpg

 

03 décembre 2014

La lumière de Venise dans la peinture du XVIIe siècle

La Faculté des Lettres et l'Institut Supérieur de Théologie des Arts de l'Institut Catholique de Paris (ICP) proposent une nouvelle journée d'études sur le thème de la lumière :

 

Ombres et lumières au XVIIe siècle

Une redéfinition spirituelle et esthétique au siècle du baroque

 

Cette journée est organisée par Catherine Marin et Andrea Martignoni. Elle se tiendra le samedi 6 décembre 2014 à l'ICP, rue d'Assas, en salle B02.

Le programme se trouve ici :ICP-Lumiere-final-2014 - programme.pdf

J'aurai l'honneur d'y prononcer une conférence à 15h45 sur le rôle de la peinture de la Renaissance vénitienne dans le renouvellement stylistique de la peinture en Europe autour de 1630.

Pierre de Cortone, Enlèvement des Sabines

Pierre de Cortone, L'Enlèvement des Sabines, 1627,Rome, Pinacothèque du Capitole

Entrée libre. La présence de mes étudiants de Licence est vivement encouragée.

17 octobre 2014

Les jeudis de l'art (ICP) : L'Art et la guerre

Les Jeudis de l'art sont un cycle de conférences en histoire de l'art qui se tient le deuxième jeudi de chaque mois depuis maintenant quatre ans à l'Institut Catholique de Paris.

Cette année le thème est L'art et la guerre

JdA2014-15 - Affiche générale - L'art et la guerre_1.jpg

JdA2014-15 - Affiche générale - L'art et la guerre.pdf

Je prononcerai à cette occasion le jeudi 12 février 2015 une conférence intitulée :

Louis XIV sur le champ de bataille : la création d'une image de gloire

768.jpg

Charles Le Brun et Adam François Van der Meulen

Louis XIV devant Utrecht, Paris, musée du Louvre, inv. 27650

 

 

Les conférences ont lieu à 18h30 et sont ouvertes à tous.

Toutes les infos sur www.jeudisdelart.com.

22 septembre 2014

Cours pratique de dessin

Pontormo.jpg

Je donne à partir de cette année à l'Institut Catholique de Paris des cours pratiques de dessin. Ces cours sont ouverts aux étudiants de Licence et de Masters de l'ICP. Ils sont destinés en priorité aux étudiants en histoire de l'art mais nous sommes heureux de les ouvrir également, en fonction de la place, à tous les étudiants de la Catho.

Ces cours ont lieu tous les mardis, de 12h à 14h. Il convient naturellement d'apporter son propre matériel de dessin. Les étudiants sont libres d'utiliser le matériel qu'ils souhaitent mais ils sont incités à éviter les techniques trop salissantes tel le fusain ou les techniques liquides (encre, aquarelle, gouache).

 

 

17 avril 2014

Ouverture d'un MASTER Recherche en Histoire de l'Art à l'ICP

L'Institut Catholique de Paris (ICP) ouvre l'an prochain un master de recherche en histoire de l'art. Toutes les informations sur cette formation se trouve ici.

J'aurai le plaisir d'animer un séminaire dès la rentrée 2014 et de diriger les travaux des étudiants intéressés par la recherche en histoire de l'art pour la période XVe siècle - XVIIIe siècle.

Une réunion d'information aura lieu mardi 29 avril à 12h. Je présenterai à cette occasion quelques pistes et quelques unes de mes attentes pour les sujets de Master de recherche.

 

28 janvier 2011

Messerschmidt au musée du Louvre

messerschmidt.jpgLe musée du Louvre poursuit sa brillante saison XVIIIe siècle avec une exposition sur Franz Xaver Messerschmidt, l'un des sculpteurs les plus originaux de ce siècle et, paradoxalement, l'un des créateurs qui représente le mieux les obsessions de son temps.

Le fantasque et l'individualité exacerbée traversent les mentalités de ce siècle compliqué (en particulier dans sa seconde moitié). Messerschmidt, dans sa violente névrose, pose la question du tourment qui se manifeste par une sorte de trop-plein du Moi. Le monde tel qu'il était ne survivra pas à ces questionnements.

L'exposition du Louvre, sobre, élégante, efficace, permet de réfléchir à ces problématiques civilisationnelles et démontre utilement que l'œuvre de Messerschmidt est bien moins anecdotique et marginale qu'on pouvait le penser.