Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 janvier 2021

Colloque sur les envois de Rome

L'Institut national d’histoire de l’art organise un colloque (en visio-conférence) les 21 et 22 janvier 2021 sur le thème :

Académisme et formation artistique au XIXe siècle :
les envois de Rome en question

Ce colloque présente la diversité des recherches actuelles sur le système académique et les arts visuels. En effet, la mise en ligne sur AGORHA d’une base de données exhaustive des envois des pensionnaires peintres et sculpteurs de la Villa Médicis de 1804 à 1914 (environ 1600 entrées dont près de 600 illustrées) permet de susciter de nouvelles approches. Les notices sur les œuvres et les artistes sont accompagnées de ressources documentaires et archivistiques, notamment la transcription complète des rapports de l’Académie sur les travaux des pensionnaires. Le colloque souhaite mettre en lumière les apports multiples d’un tel outil sur la formation des artistes au long du XIXe siècle et sur les créations des artistes passés par la Villa Médicis et leur réception en France.

Il s’inscrit dans le prolongement des manifestations organisées par la Villa Médicis en 1997, 2002 et 2017 sur l’Académie, son histoire et ses acteurs, et dans la suite d’expositions fondatrices telles que Maestà di Roma. D’Ingres à Degas. Les artistes français à Rome (2003) ou 350 ans de création. Les artistes de l’Académie de France à Rome de Louis XIV à nos jours (2016).

En partenariat avec l’Académie de France à Rome-Villa Médicis et l’Académie des beaux-arts de l’Institut de France


Comité d’organisation
Olivier Bonfait (université Bourgogne-Franche-Comté), Antoine Courtin (INHA), Servane Dargnies (Petit Palais, musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris), Jérôme Delaplanche (Centre des monuments nationaux), Pierre-Yves Laborde (INHA), France Lechleiter (historienne de l’art)

Sans titre 1.jpg

Programme :

Jeudi 21 janvier

9h15 : Accueil par Éric de Chassey, directeur général de l’INHA

9h30 : France Lechleiter (historienne de l’art) et Antoine Courtin (INHA)

La mise en données des envois de Rome : méthodologie et exploitations

10h : Olivier Bonfait (université de Bourgogne-Franche-Comté, LIR3S, UMR 7366)

Les envois de Rome : état et perspectives de recherches

10h20 : Discussion

 

Session 1 - Collections, archives et expositions

Modération : Jérôme Delaplanche (Centre des monuments nationaux)

10h35 : Corinne Jouys-Barbelin (musée d’archéologie nationale et domaine national de Saint-Germain-en-Laye)

L’Académie de France à Rome et la Villa Médicis, deux siècles d’histoire commune. Retour sur ses archives.

10h55 : Alice Thomine-Berrada (Beaux-Arts de Paris)

Exposer les envois de Rome : l’exemple des copies conservées à l’École des beaux-arts

11h15 : Discussion

11h25 : pause

11h35 : Débat « Exposer les envois de Rome » avec Olivier Bonfait, Christophe Leribault (Petit-Palais, musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris), Alice Thomine-Berrada et Arnaud Valdenaire (Château-Musée de Nemours).

Session 2 – Envois de Rome : études de cas

Modération : Francesca Alberti (Académie de France à Rome-Villa Médicis)

14h05 : Michaël Vottero (DRAC Bourgogne-Franche-Comté)

Le dernier envoi du sculpteur Hippolyte Bonnardel

14h15 : Lisa Laborie-Barrière (musées de Salon-de-Provence)

Les envois de Rome d’Eugène Piron

14h25 : Morgane Hamon (historienne de l’art)

Photographie, peinture, Photographie : les envois de Rome d’Alexis Axilette

14h35 : Patrizia Celli (Académie de France à Rome-Villa Médicis)

Les envois de Rome de Lucienne Heuvelmans

14h45 : Discussion

 

Session 3 - Lexique critique, discours sur l’art

Modération : Catherine Méneux (université Paris I Panthéon-Sorbonne)

15h05 : Lucie Lachenal (Labex CAP)

Les envois de Rome sous le feu croisé des académiciens et des critiques d’art (1814-1830)

15h25 : Servane Dargnies-de Vitry (Petit Palais, musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris) 

Académie versus critiques : oppositions de fond et luttes professionnelles autour des envois de Rome (1830-1848)

15h45 : Paul Perrin (musée d’Orsay)

« Il y avait longtemps (…) que l’École de Rome n’avait envoyé une page de cette importance » : Bouguereau et les espoirs (déçus) de la critique

16h05 : Discussion

 

Conférence

Modération : Barthélémy Jobert (Sorbonne Université)

16h30 : Marc Gotlieb (Williams College, Williamstown)

« Formation réelle, formation imaginaire, formation impossible »

 

Vendredi 22 janvier

Session 4 - Entre stratégie et explorations singulières : les enjeux des envois de Rome

Modération : François-René Martin (Beaux-Arts de Paris, École du Louvre)

9h05 : Claire Dupin de Beyssat (université de Tours, InTru)

Entre formation et distinction : le rôle du Prix de Rome et de la Villa Médicis dans les carrières artistiques

9h25 : Mehdi Korchane (musées d’Orléans)

Des envois sous influence ? Ingres et le nu féminin dans les envois de Rome de la première moitié du XIXe siècle

9h45 : Sara Vitacca (université Paris I Panthéon-Sorbonne)

Les envois de Rome et les copies d’après Michel-Ange : quelques considérations autour d’une fascination tardive

10h05 : France Lechleiter (historienne de l’art)

Le cas Lucien Doucet : mise en œuvre des stratégies de la modernité à l'École de Rome dans les années 1880-1890

10h25 : Louis Deltour (université de Genève)

Une révolution de salon ? La stratégie décorative des Envois de Louis Billotey et Jean Dupas

10h45 : Discussion

11h15 : pause

 

Session 5 - Horizons européens et américains

Modération : France Nerlich (INHA)

11h30 : Pierre Sérié (université de Clermont-Auvergne)

Ces envois de Rome qu'il aurait fallu à la Villa Médicis : les « équipes » de l'American Academy au travail  

11h50 : débat de clôture avec Fabio d’Almeida (centre allemand d’histoire de l’art, Paris), Giovanna Capitelli (université de Rome III), Pénélope Curtis (historienne de l’art) et Pierre Sérié

 

Capture INHA.PNG

01 septembre 2020

Artistes femmes et histoire de l'art

Les Rencontres Artistiques de Vez sont une initiative de Léopold Legros et Tancrède Hertzog, fondateurs de la Galerie T&L, avec le soutien d'Artcurial et de Francis Briest, propriétaire du donjon de Vez.

Lors de la rencontre du samedi 29 août 2020, j'ai été convié à débattre sur le thème des femmes artistes dans l'histoire de l'art ancien. Voici le contenu de ma conférence suivi des questions-réponses qui ont eu lieu.

 

* * *

Le titre donné à ce débat était "Les femmes dans l’Histoire de l’art : début d’une réévaluation ou approche du plafond de verre ?" et je voudrais commencer par dire que je suis entièrement en désaccord avec celui-ci. Comme si on était, aujourd’hui, en 2020, au début de la réévaluation d’Artemisia Gentileschi ou de Camille Claudel ! Quant à l’expression « plafond de verre », elle renvoie au monde du travail où, semble-t-il, les femmes sont empêchées d’accéder à des postes à responsabilité. Ainsi, il y aurait des artistes femmes dont on ne reconnaîtrait pas le génie parce que ce sont des femmes. Nous allons en débattre. Il s'agit toujours de cette question, de ce mythe complotiste, de "l’invisibilisation" des artistes femmes.

Ainsi, par exemple, l'annonce par France Culture de la dernière exposition Berthe Morizot au musée d'Orsay :

00 France Culture berthe Morizot.JPG

Berthe Morizot, « injustement occultée par Manet, Degas, Monet ». C'est une déclaration absurde et pourtant sereinement affirmée. Comment peut-on faire semblant de ne pas voir la disproportion de l'importance entre ces trois peintres cités et l'aimable talent de Berthe Morizot. Qui ne serait pas occulté par ces trois immenses génies ? Il n'y a aucune "injustice" à être dans leur ombre. Ou alors c'est la vie qui est injuste, et c'est un autre débat !

Sur cette question de la présence des femmes artistes, on mélange sciemment ou inconsciemment deux choses absolument distinctes : les difficultés pour une femme de faire une carrière artistique avant le XXe siècle et la question de la reconnaissance par la postérité. Le néologisme « invisibiliser » signifie rendre volontairement invisible. C’est-à-dire que l'on prétend que ces femmes artistes existent mais qu'elles sont cachées. Pourquoi ? et quand ? (à l’époque de l’artiste, par la postérité critique, jusqu’à récemment ?).

Pour illustrer ceci, je voudrais prendre en exemple une discussion autour de la musique classique, sur les réseaux sociaux, après que le journal Le Monde a fait paraître cet article :

01 compositrices.JPG

J'ai laissé le commentaire suivant :

« Les compositeurs femmes ne sont pas "éclipsées", elles sont simplement méconnues, comme des milliers  de compositeurs masculins.

Pourquoi opposer ainsi les hommes et les femmes ? Jouons et écoutons de la belle musique savante, peu importe le sexe de l'auteur.

Avec cette mentalité sectaire, vous contribuez à l'affaiblissement de l'universalisme qui fonde pourtant notre civilisation. »

Je suis alors pris à partie par un musicologue de l’Université de Cambridge qui me dit :

« Il y a beaucoup de compositeurs femmes qui étaient tout à fait "éclipsées" par des maris, des frères. Pensez (comme exemplaires) de Clara Schumann ou de Fanny Mendelssohn. Plusieurs autres étaient "éclipsées" par les mœurs de l'époque, comme celles du dix-huitième siècle (nommez l'une d'entre elles, si vous le pouvez). Vraiment, il ne s'agit pas du sexisme actuel, mais des circonstances de la vie dans le passé. »

On voit bien que se joue là le nœud de la discussion : une confusion logique et presque sémantique entre les difficultés pour faire carrière à l’époque (ce que personne ne nie) et ma critique d’un financement public pour la découverte d’artiste selon le sexe, avec ici l’idée qu’il y aurait aujourd’hui une chape de plomb sur les compositeurs femmes.

Je réponds alors :

« Oui, précisément. Elles n'ont pas pu faire carrière, elles n'ont pas donné libre cours à leur génie musical. Résultat : il n'y en a (pratiquement) aucune. Donc cela ne sert à rien de faire une archéologie sexiste. Il n'existe pas de Monteverdi femme, de Bach femme, de Mozart femme, de Beethoven femme, de Wagner femme, ni de Debussy femme (même si j'aime beaucoup Lili Boulanger). C'est un fait, c'est ainsi. On peut le regretter, mais c'est un fait de l'Histoire.

Ce que ce site met en œuvre, c'est de la recherche appliquée selon des critères purement sexistes et militants. Les finances publiques sont mises en œuvre pour aller retrouver, étudier, valoriser, des morceaux de musique uniquement parce que l'auteur est une femme. Ce n'est pas un usage républicain des efforts de la recherche académique, c'est du militantisme.

Pourquoi ne pas retrouver, étudier, valoriser, jouer et faire connaître de belles partitions méconnues sans distinction du sexe de l'auteur ? »

Il me répond :

« On ne sait pas qu'il n'existe pas de Monteverdi femme, de Bach, etc. Sans la découverte des compositeurs femmes de n'importe quelle époque, on ne saura jamais. Mais comment les découvrir, étudier, valoriser sinon avec un site Web comme celle-ci ?

Il y a beaucoup de compositeurs masculins qui restent peu connus, c'est vrai, mais les obstacles pour les femmes sont, disons, 100 fois pires ! »

Je lui réponds :

« Non c'est la triste réalité. Sauf, bien sûr, si on parvient à retrouver une compositeur d'exception dont l'œuvre a été oublié. Alors là, je serai le premier à m'en réjouir !

Imaginez, découvrir un nouveau Jean-Sébastien Bach, mais en femme !

D'ailleurs, je me moquerais alors complètement que ce nouveau compositeur soit une femme, je serai juste extatique à l'écoute d'un nouveau compositeur de génie.

Seulement voilà, ça c'est dans les rêves. C’est de la pure rhétorique théorique.

Dans la réalité, il n'existe pas de compositeurs de génies oubliés, de Mozart femme oubliée dont les partitions seraient cachées dans une bibliothèque viennoise, de Beethoven en jupon dont les œuvres seraient à retrouver dans un fonds d'archives inexploré.

Je le regrette, soyez-en sûr ! Mais c'est ainsi. On ne retrouvera pas de nouveaux génies de la musique.

On pourra juste retrouver des œuvres mineures, possiblement intéressantes, oui, mais mineures, de compositeurs hommes ou femmes mineurs.

Et je n'ai pas compris pourquoi il serait 100 fois plus difficile, selon vous, de retrouver des traces de partitions écrites par des femmes dans les fonds d'archives ou dans les bibliothèques ? »

Il ne répond pas à ma question, mais à mon affirmation qu’il n’existe pas de compositeurs femmes majeures, il me dit :

« Et Amy Beach? Et Ethel Smyth? Peu connues, peut-être, mais toutes des "compositrices" de génie. Sans oublier Francesca Caccini qui aurait même inspiré Monteverdi. Et ça se dit historien de l'art... Peut-être mais visiblement pas en histoire de la musique »

Je réponds :

« Vous me citez Amy Beach (1867-1944), Ethel Smyth (1858-1944), Francesca Caccini (1587-1640), je vous réponds Mozart, Chopin, Verdi, Stravinsky. Je crois que la démonstration est faite. »

À partir de là, la discussion s’est emballée. Surgissent d’autres intervenants, puis viennent les inévitables accusations de sexisme, d’ignorance, etc. Une collègue du précédent universitaire intervient et me lance :

« Je gage que vous n'avez écouté ni Hildegarde von Bigen, ni Elisabeth Jacquet de la Guerre, ni Francesca Caccini.

Ce qui est terrifiant c'est de constater que même un soi-disant spécialiste de l'art n'est pas même pas au fait que le manque de notoriété des femmes n'a rien à voir avec leur talent mais principalement avec la volonté des hommes qui craignaient qu'on leur fasse de l'ombre.

Visiblement vous êtes toujours dans ces mêmes schémas alors même que votre métier vous apporte la preuve chaque jour de l'historique domination masculine de la société.

En fait votre intervention est la meilleure preuve qu'un financement public est indispensable : Voilà quelqu'un qui ne connaît rien à la musique. Et qui profite de son titre d'historien d'art pour perpétuer la chape de silence autour des femmes artistes qu'elles ont eu à subir depuis des siècles.

Ce monsieur ne connaît rien de Francesca Caccini (sinon son nom aurait dû le faire réagir, 1601, préface des nuove musiche... qu'elle a mise en pratique... le fondement de la musique baroque) mais se permet de déclarer que les femmes (qu'ils n'écoutent pas, il ne connaît pas non plus Hildegarde ou Elisabeth jacquet de la Guerre) ne sont, par principe, QUE des compositrices mineur.e.s.

Certains hommes en sont encore à se trouver mis en danger quand on met en avant celles que l'histoire a si mal traitées. »

women's studies.jpg

Je lui réponds :

« Je ne pense pas qu'elles sont mineures PARCE QU'elles sont des femmes. Elles sont mineures, c'est tout. Et je ne crois pas non plus que l'on perpétue une "chape de silence" autour des femmes artistes. C'est même exactement le contraire. On fait tout un foin autour de Berthe Morizot, d'Elisabeth Vigée-Lebrun, de Rosa Bonheur ou de Louise Moillon, justement parce que ce sont des femmes, alors que ce sont simplement des peintres honorables mais qu'il n'y a pas non plus à s'extasier.

Et je ne me sens pas "mis en danger". Au contraire, je me réjouis si l'on peut redécouvrir des artistes femmes. (Mais parce que ce sont des artistes, non parce que ce sont des femmes. Je suis historien et mélomane, pas militant) »

Je vous abrège le débat, mais il reste symptomatique du dialogue de sourds. Le dernier échange fut celui-ci. Le musicologue de Cambridge me dit :

« Pour vous, il n'y a pas de "grands compositeurs" femmes parce que tous les "grands compositeurs" sont des hommes ! Même si on ne sait rien des compositeurs femmes ! D'après moi, cela n'est pas une position tenable pour un vrai académique. »

Et je lui réponds :

« Je n'ai jamais dit : "Il n'y a pas de "grands compositeurs" femmes parce que tous les "grands compositeurs" sont des hommes même si on ne sait rien des compositeurs femmes !" Ce serait effectivement absurde.

Voici ma position et ma critique.

1/ L'éducation artistique et les carrières artistiques étant réservées aux hommes avant le XXe siècle, les femmes n'ont pas pu exprimer librement leur talent.

2/ Conséquence : il n'y a pas de compositeurs femmes d'importance avant le XXe siècle.

3/ Je me réjouis des efforts pour mettre en valeur des partitions perdues ou oubliées mais je déplore que le critère d'attribution des financements publics soit un critère sexiste.

4/ Je serais heureux de découvrir de nouvelles œuvres de qualité écrites par des compositeurs femmes inconnues. Mais pas parce que ce sont des femmes, parce que ce seront des belles œuvres. »

 


Fin des débats. 

Cette discussion entre personnes érudites est intéressante pour ce qu’elle révèle des mentalités et de l’opposition entre une recherche académique universaliste et scientifique, et un nouveau mode de travaux universitaires guidés par le militantisme, la revanche, le complotisme, le victimisme.

Il y a quelques mois, pendant le confinement, Nicolas Milovanovic, conservateur bien connu des peintures du musée du Louvre, s’était amusé à faire un petit jeu sur twitter pour élire le plus grand peintre français. À l’imitation des compétitions de football, il avait fait des pools de 4 peintres regroupés par période. Et pour le XVIIe siècle, à côté de Georges de La Tour, de Nicolas Poussin et de Simon Vouet, il y avait … Louise Moillon ! Je lui disais que ce choix était absurde, et il me répondit « Mais que verrais-tu comme peintre femme français du XVIIe siècle alors ? » Mais aucun, cher ami !

En finale, nous avions : Monet, Delacroix, Poussin et... Vigée-Lebrun ! Exit Manet, Watteau, De Stael, Cézanne, Degas, Fouquet, Matisse, Géricault, Chardin, Fragonard, Gustave Moreau, La Tour, Le Nain, Soulages, La Hyre, Ingres, Vouet, Seurat, Toulouse-Lautrec, Fautrier, Gauguin… Place à Vigée-Lebrun ! Fascinante malhonnêteté. Le concours était biaisé pour des raisons sexistes. Et, dans le résultat final, 17% des participants à ce jeu ont voté pour Elisabeth Vigée-Lebrun au titre du plus grand peintre français de tous les temps. Sublime sottise du militantisme.

peintres français.JPG

Au même moment, un concours concurrent est apparu sur Twitter, traitant ce cher Nicolas de sexiste (alors que le pauvre avait tenté coûte que coûte d’introduire des femmes), et qui ne comportait que des peintres femmes. Et j’ai beau être historien de l’art depuis 25 ans, je n’en connaissais aucun (hormis les inévitables Berthe Morisot, Adélaïde Labille-Guillard, Rosa Bonheur, etc.)

Mais le mythe de la femme artiste géniale rendue invisible par les hommes a désormais pris racine. Il est devenu une évidence, alors qu'il est sans cesse contredit par les faits. Des femmes de talent ont pu pratiquer leur art ou ont été empêchées de le pratiquer, mais dans tous les cas, ce qui existe aujourd'hui reste secondaire par rapport à la production artistique masculine. Mais peu importe la réalité, ce qui compte c'est la construction idéologique progressiste. Ainsi le journal Libération, le bréviaire du progressisme, écrit au sujet d'une exposition sur Lavinia Fontana et Sofonisba Anguissola :

02 libé Anguissola.JPG

Or on sait bien qu’elles n'ont jamais été oubliées des historiens de l'art. On les rencontre dans bien des cours sur le portrait à la Renaissance. On les trouve sur le marché de l'art à des prix élevés. Si Libération parle de « redécouverte », c'est simplement que nos contemporains sont ignorants en histoire de l'art. Ce sont deux peintres connues, importantes, étudiées, mais ce ne sont pas non plus des peintres de tout premier plan. À l'époque, Giovanni Battista Moroni qui est leur contemporain, est bien plus génial. Mais je fais le pari que Libération ne connaît pas ce Giovanni Battista Moroni. Lui aussi est un "oublié" alors selon leurs critères, lui aussi mériterait dans ce cas une "renaissance" et une "réhabilitation".

Par ailleurs, on ne saurait distinguer la manière de peindre d'un artiste femme d'un artiste homme. L'essentialisation, c'est-à-dire le fait de tout ramener à l'identité première des êtres, en l'occurrence ici le fait d'être un homme ou une femme, n'entre guère en ligne de compte dans l'étude de la manière de peindre.

02 Lavinia Fontana 1595 Madrid, Fundación Casa de Alba..jpg

Lavinia Fontana, Mars et Vénus, de 1595, Madrid, Fundación Casa de Alba.

Il n'y a donc pas "d'effacement injuste", car il n'y a pas d'effacement tout court. Personne, ni le marché de l'art, ni les collectionneurs, ni les musées, n'efface volontairement la mémoire des peintres parce que ce serait des femmes, refuserait d’accrocher une toile parce que l'œuvre serait peinte par une femme. Le féminisme contemporain est devenu un complotisme.

C'est la même chose par exemple pour Odette Pauvert ou Lucienne Heuvelmans que l'on présente régulièrement désormais comme des « prix de Rome méconnus ». Mais aucun prix de Rome de l’époque n’est connu ! Et s'il fallait les comparer à leurs collègues contemporains, on serait forcé d'admettre que Robert Pougheon est objectivement un bien meilleur peintre qu’Odette Pauvert et que Marcel Gaumont ou Alfred Janniot sont de bien meilleurs sculpteurs que Lucienne Heuvelmans. Et au fond, le plus terrible c’est qu’on ne sait plus dire autre chose de ces artistes femmes : elles ont été en peinture et en sculpture, les premières artistes Prix de Rome. Oui, très bien, et ensuite ? Encore un triste triomphe de l’essentialisation du néo-féminisme d'aujourd'hui.

 

Nous sommes entrés dans une guerre sexiste absurde. Ainsi, la prestigieuse université de Yale aux États-Unis a supprimé le cours d’introduction générale à l’histoire de l’art car il y avait trop d’hommes blancs parmi les artistes (« overwhelmingly white, straight, European and male. »)

03 bis.JPG

Or ce triste positionnement est désormais valorisé dans la politique d'acquisition de bien des musées aujourd'hui, et pas uniquement anglo-saxons. Il faudrait acquérir des œuvres parce que ce sont des œuvres réalisées par des femmes. Il faudrait corriger l’histoire. Ça s’appelle le révisionnisme.

Il ne s’agit pas de nier une réalité historique d’une difficulté de carrière (qui n’était d’ailleurs pas une impossibilité, soyons nuancé). Mais qu’on ne prétende pas qu’aujourd’hui, les femmes artistes sont invisibilisées, ni qu’il y a des génies à redécouvrir, des Raphaël femmes, des Rembrandt femmes, des Fragonard femmes cachées. Il y a des peintres, des artistes, des compositeurs, des écrivains à mieux connaître, mais tout l’art est à mieux connaître. Et si tel était le cas, si un Baudelaire féminin existait, si un Wagner femme était cachée, si un Klimt femme était oublié, mais quelle joie de découvrir un tel artiste ! Montrez-le-nous, vite !

 

Je voudrais conclure cette conférence par un dernier exemple. Voici deux académiciens français : Louis-Philippe de Ségur (1753-1830), membre de l’Académie française, pair de France, maréchal d’Empire, etc, et son fils : Philippe-Paul de Ségur (1780-1873), général, lui aussi académicien, historien, pair de France également. Évidemment personne aujourd'hui ne serait capable de citer un seul titre de leurs ouvrages. Mais le petit-fils du premier fut Eugène de Ségur, pair de France, qui épousa une aristocrate russe Sofia Fedorovna Rostoptchina, autrement dit : la Comtesse de Ségur, qui elle, est un de nos grands auteurs !

Et c’est ça qui est intéressant : qui est-ce que l’histoire de la littérature française retient ? Une femme – qui plus est d’origine étrangère. Qui est-ce qu’elle oublie ? Deux hommes académiciens qui ont combattu pour la France. Et c’est cela que les féministes appellent « invisibiliser les femmes » ? Et c’est cela qu'on appelle « le début d’une reconnaissance », le « plafond de verre » ?

Mais de toute façon, le débat est miné. Critiquer ce militantisme néo-féministe fait de vous un sexiste, surtout quand vous êtes un homme. Le fameux dessin de Voutch résume tout :

voutch 2.jpg

"- Un jour, les hommes et les femmes seront parfaitement égaux, Michalon. Mais pour autant que je sache, nous en sommes toujours à l'épisode 2 : l'Implacable Revanche."

 

* * *

 

A la suite de cette conférence, la salle a vivement réagi. La première remarque fut : "Dire qu'il n'y a pas de femme artiste, c'est nier l'histoire de l'art qui a pour but justement de faire de la recherche et de retrouver des artistes".

J'ai répondu : "Nullement. Continuons la recherche, retrouvons des artistes inconnus et célébrons-les. Mais hommes ou femmes. Et si nous redécouvrons une femme artiste géniale comme on a découvert Georges de la Tour, mais quelle joie  pour nous tous ! Mais j'estime que cette hypothèse de redécouverte est de la pure dialectique théorique".

Deuxième objection : "Mais s'il n'y a pas de femmes artistes c'est qu'on les en a empêchées".

J'ai répondu : "C'est exactement ce que j'ai dit. Mais le (triste) résultat, c'est qu'il n'y en a pas."

Troisième objection : "Je pense qu'il est nécessaire de financer la recherche pour retrouver des artistes femmes. On ne peut ignorer la moitié de l'humanité"

J'ai répondu : "Les femmes artistes représentent numériquement moins de 1% des artistes, comment allez-vous faire pour faire monter ce chiffre à 50 % ?"

offended.JPG

Cette question des compositeurs femmes a rejailli, quelques jours plus tard, sur France Culture (évidemment). Dans une émission, la violoncelliste Héloïse Luzzati explique qu'elle veut valoriser les compositeurs femmes. Elle dit être choquée que dans les conservatoires les noms de salles sont des noms de compositeurs hommes. Elle dit qu'elle trouve "oppressant" de n'avoir jamais joué antérieurement de la musique écrite par une femme.

Voici mon commentaire sous la vidéo de France Culture :

"Que ce féminisme anti-histoire, victimiste et essentialiste est lassant ! Il y a très peu de compositeurs femmes avant la fin du XXe siècle, c'est ainsi. On peut le regretter, mais c'est comme cela. On ne va pas survaloriser des composteurs femmes mineures uniquement parce que ce sont des femmes. Ce qui compte c'est le talent pas l'essentialisation de la personne.

Il y a des centaines de compositeurs hommes méconnus, célèbres en leur temps et aujourd'hui totalement oubliés (Qui connaît Max d'Ollone ?, pourtant vainqueur du Prix de Rome).
Pourquoi ne réhabiliter que des compositeurs qui seraient des femmes ? Pourquoi ne pas réhabiliter toute sorte de compositeurs de talent sans considération pour leur genre ?
Quelle époque idiote qui s'offusque qu'une salle s'appelle Maurice Ravel parce que Ravel était un homme ! C'est du sexisme inversé."
 
Je reçus le soutien d'une femme dans une réponse à mon commentaire :
"Pour ceux qui écoutent vraiment de la musique : la réhabilitation des compositrices oubliées fait déjà l’objet de nombre de concerts, d’éditions et d’émissions de radio mais attention au relativisme ... Est-ce que tout se vaut ? Ce n’est pas parce qu’une compositrice a été oubliée qu’elle est digne d’intérêt."

On ne saurait mieux dire.

 

 

03 décembre 2014

La lumière de Venise dans la peinture du XVIIe siècle

La Faculté des Lettres et l'Institut Supérieur de Théologie des Arts de l'Institut Catholique de Paris (ICP) proposent une nouvelle journée d'études sur le thème de la lumière :

 

Ombres et lumières au XVIIe siècle

Une redéfinition spirituelle et esthétique au siècle du baroque

 

Cette journée est organisée par Catherine Marin et Andrea Martignoni. Elle se tiendra le samedi 6 décembre 2014 à l'ICP, rue d'Assas, en salle B02.

Le programme se trouve ici :ICP-Lumiere-final-2014 - programme.pdf

J'aurai l'honneur d'y prononcer une conférence à 15h45 sur le rôle de la peinture de la Renaissance vénitienne dans le renouvellement stylistique de la peinture en Europe autour de 1630.

Pierre de Cortone, Enlèvement des Sabines

Pierre de Cortone, L'Enlèvement des Sabines, 1627,Rome, Pinacothèque du Capitole

Entrée libre. La présence de mes étudiants de Licence est vivement encouragée.

17 octobre 2014

Les jeudis de l'art (ICP) : L'Art et la guerre

Les Jeudis de l'art sont un cycle de conférences en histoire de l'art qui se tient le deuxième jeudi de chaque mois depuis maintenant quatre ans à l'Institut Catholique de Paris.

Cette année le thème est L'art et la guerre

JdA2014-15 - Affiche générale - L'art et la guerre_1.jpg

JdA2014-15 - Affiche générale - L'art et la guerre.pdf

Je prononcerai à cette occasion le jeudi 12 février 2015 une conférence intitulée :

Louis XIV sur le champ de bataille : la création d'une image de gloire

768.jpg

Charles Le Brun et Adam François Van der Meulen

Louis XIV devant Utrecht, Paris, musée du Louvre, inv. 27650

 

 

Les conférences ont lieu à 18h30 et sont ouvertes à tous.

Toutes les infos sur www.jeudisdelart.com.

12 juin 2014

Pour une histoire globale de l’art

Le musée du Louvre organise le mercredi 18 juin une grande journée d'études sur le thème de l'histoire globale de l'art.

J'aurai le plaisir de prononcer une conférence à 17h10 présentant la naissance de la globalisation culturelle en regard avec le parcours du musée du Louvre Abou Dabi.

Le programme complet se trouve ici.

Cette manifestation accompagne la présentation au musée du Louvre de la grande exposition consacrée aux premières acquisitions du futur musée de la capitale des Émirats Arabes Unis.

LAD 2011 015.jpg

Jean-Etienne Liotard (1702 - 1789)
Portrait en pied du comte Corfiz Anton Ulfeld dans un intérieur ottoman
Istanbul, Turquie, 1740-1741
31,3 x 22,7 cm
Gouache et aquarelle sur parchemin
Louvre Abu Dhabi, Abu Dhabi LAD 2011.015

17 mars 2014

Festival d'histoire de l'art

Comme chaque année maintenant depuis 2010, le château et la ville de Fontainebleau accueille le Festival d'histoire de l'art.

Le pays invité cette année est la Suisse et le thème retenu est "Collectionner". Le festival se tiendra les 30, 31 mai et 1er juin 2014.

Pour plus d'information, cliquez ici.

Bon festival à tous !

festival d'histoire de l'art.png

 

 

 

 

26 janvier 2014

Conférences de Jacqueline Lichtenstein au Musée du Louvre

louvre-attribue-buonarroti-michelangelo-etude_1.gif

Le site internet du musée du Louvre vient de mettre en ligne quatre conférences de Jacqueline Lichtenstein sur le dessin (théorie et pratique). Je me permets de recommander vivement à mes étudiants de les visionner car elles exposent brillamment les bases de la connaissance sur des questions fondamentales en histoire de l'art.