Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Conseils méthodologiques : le commentaire d'œuvre

Il convient tout d'abord d'identifier le plus complètement possible l'œuvre à commenter en indiquant dans une phrase rédigée son titre (ou sa désignation), le nom de l'artiste (suivi si possible de ses dates), la date de réalisation de l'œuvre, la technique et la localisation.

Par exemple : La Vénus d'Urbino de Titien (v.1490-1576), peinte vers 1534-1538, est une huile sur toile conservée à la galerie des Offices de Florence.

Le titre des œuvres doit être souligné (le soulignement correspond par convention typographique à l'italique dans un texte imprimé) et non pas encadré par des guillemets.

Ensuite, dans le cas d'une œuvre figurative, il faut analyser l'iconographie. Il s'agit d'indiquer la source, d'identifier rapidement les personnages et de rappeler l'action. Il faut surtout mettre en valeur l'invention de l'artiste, c'est-à-dire son interprétation du sujet en soulignant ce qui est traditionnel et ce qui est original. Dans le cas d'un objet ou d'une architecture, il faut en préciser l'usage (sauf cas évident : un fauteuil est fait pour s'asseoir, fut-il de style Louis XV)

Après, on doit proposer une analyse formelle : il faut mettre en valeur les caractéristiques plastiques (composition, dessin, couleur, ombre et lumière, facture), préciser dans quel courant stylistique s'insère l'oeuvre, quelles sont les œuvres d'autres artistes qui ont pu influencer notre artiste et pour quelles raisons et indiquer grâce à des comparaisons ce qui est commun et ce qui est novateur.

Enfin, on peut conclure en soulignant la place de l'œuvre au sein de l'histoire de l'art.

 

Mise en garde :

Évitez de faire une description qui ne soit qu'une description : chaque élément de l’œuvre doit être mis en regard d’une histoire des formes, d’une signification iconographique, d’un contexte culturel. La description doit être analytique.

À l’inverse, dans le cas d’un objet ou d’une architecture, la description pure est importante. Il faut alors s’appuyer sur le lexique le plus précis et le plus technique possible.

Évitez les généralités, les remises en contexte trop large. Donnez le plus de précisions possible (des dates, des noms, des lieux), utilisez un vocabulaire approprié, ne craignez pas l'érudition.

Soignez l'écriture (style et calligraphie) et surtout bannissez l'usage du futur (en particulier avec l'auxiliaire "aller". N'écrivez pas : "Michel-Ange va peindre le plafond de la chapelle Sixtine entre 1508 et 1512", mais "Michel-Ange a peint" ou "peignit" ou encore au présent narratif "Michel-Ange peint le plafond de la chapelle....").

Écrit par delaplanche Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.