Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 janvier 2015

Giovanni Battista Moroni à Londres

La Royal Academy de Londres présente pendant encore quelques jours une exposition sur le célèbre peintre du nord de l'Italie Giovanni Battista Moroni (1520-1578).

Actif entre Brescia, Milan, Bergame et sa ville de naissance Albino, il s'est spécialisé dans le portrait.

 

w9nmxtrubmpl7blifafj.jpg

Giovanni Battista Moroni, Prospero Alessandri, vers 1560.

 H. 105; L. 83 cm. Liechtenstein. The Princely Collections, Vaduz-Vienna.

Les tableaux réunis à Londres sont tous, sans exception, d'une écrasante qualité. L'intensité des regards, l'élégance des vêtements, la plasticité des formes, le sens du volume sont au service d'un "réalisme" puissant qui s'impose au spectateur.

tomdnsccwpuavbjobvbd.jpg

Giovanni Battista Moroni, Portrait d'une jeune femme, vers 1575.

 H. 51 ; L. 42 cm. Collection privée

Structuré par un parcours thématique simple et clair, l'accrochage de la Royal Academy est très réussi. On regrettera cependant l'absence pratiquement de comparaison. C'est le danger toujours des expositions monographiques de présenter un artiste détaché de tout contexte artistique. On ne peut faire un discours sur l'histoire de l'art sans comparaison. Il aurait été utile de mettre le travail de Moroni en perspective avec les réalisations de son temps, entre Titien et Anthonis Mor, et en montrant les passerelles vers Caravage.

Autre regret, les cartels développés ne proposent que des commentaires présentant la biographie des portraiturés (dont on se moque en réalité éperdument), passant sous silence l'essentiel : l'art.

Enfin, on a été aussi un peu déçu par les reproductions du catalogue de l'exposition qui ne rendent pas justice à l'éblouissante qualité des tableaux du peintre.

 

 

Les commentaires sont fermés.